Toi et toi, sur le chemin de la visualisation

Toi et toi, la rencontre vers l’harmonisation.

Il était une fois Petit Toi, triste et se sentant abandonné, à la quête de Toi, l’âme perdue attendant résolument que la Lumière revienne la faire briller, pour courir ensemble vers une belle destinée.

Ne sachant plus comment faire pour parvenir à se reconnecter, Petit Toi décida d’aller chercher de l’aide. Parce qu’il avait beau réfléchir, il ne faisait que s’enfoncer dans les méandres de ses tourments et cela le tracassait énormément ! Il se demandait si, un jour, il réussirait à courir sur cette destinée tant promise.

Chemin faisant dans les bois sombres qui le terrifiait, il croisa son ami l’oiseau qui lui répondit : « Les clés sont en toi ! ». Mais Petit Toi ne comprit pas. Il regarda désespérément ses mains vides, espérant vainement l’apparition magique ! Mais que nenni, il n’en fut rien !

Aveuglé de colère et d’amertume, il continua d’avancer, rageant et pestant contre l’injustice qui lui faisait barrière. Ses pas devinrent lourds, son corps se tendit encore davantage tant la peine lui pesait sur ses frêles épaules.

Il croisa alors Maître Corbeau, qui lui tint à peu près ce langage : « Les réponses sont en Toi ! Calme toi et tu les retrouveras ! ». Le pauvre Petit Toi ne su vraiment plus quoi penser. Plus il avançait, plus le chemin lui devenait pénible, chargé d’embuches, de ronces qui lacéraient ses jambes molles. Il s’essoufflait, à mesure qu’il gravissait cette longue traversée escarpée. Il essaya de regarder autour de lui, il ne vu que des ombres de plus en plus menaçantes. La solitude et ses peurs finirent par dominer Petit Toi, lui hurlant qu’il n’y arriverait pas. Il sentit bien qu’on le pointait du doigt !

La peur du vide, la peur de rester seul, peur de se perdre, peur de ne plus y arriver, peur de tomber, peur de mourir, peur, PEUR, PEURS … tout ceci hanta son pauvre esprit malmené par tant de questions sans réponses. Son ventre le fit hurler de douleur, Il eut envie de vomir, vomir toute cette souffrance qui le tenaillait ! Oh ! Ce qu’il donnerait cher pour faire sortir ce mal de ses entrailles !

Il n’eut qu’une envie : fuir ! Fuir à toutes jambes, le plus vite possible. Mais impossible, il fut bien trop faible, toute son énergie l’avait abandonné. Alors, il ne resta qu’une solution ! Dormir … et ne se réveiller que quand ça irait mieux ! Malheureusement, Petit Toi ne déteint pas ce pouvoir ! Mais que faire, alors ? Sa tête était tellement lourde, il n’y voyait plus rien. Il voulu crier mais aucun son ne sortit ! Il guetta un son, un indice mais rien ne vint !

Au pied du grand chêne, désespéré, il s’effondra en sanglots. Mais pourquoi cela lui arrivait ? Pourquoi à lui ? Qu’avait il donc fait pour mériter telle peine ? Pourquoi, depuis qu’il était tout petit, personne ne voulait de lui ? Pourquoi rien ne voulait lui sourire ?

Plus il y eut de pourquoi, plus il pleurait. Il sentait comme de lourdes chaînes à ses chevilles. Elles étaient tellement serrées que ça limitait chacun de ses mouvements. Elles serraient son cœur tellement fort qu’il ne pouvait plus respirer. Brimé, voilà ce qu’il était.

guide spirituel, âme, énergies
guide spirituel

Soudain, apparut une femme, à la voix bienveillante. C’était son Guide ! Elle posa une main douce sur l’épaule de Petit Toi et elle le rassura : « Ne t’inquiète pas. Respire calmement et profondément. Ferme doucement tes yeux. Je vais t’aider. Laisse toi conduire. Tu retrouveras ta voie ».

Elle prit la main de Petit Toi et le conduisit à travers bois. Oh, comme c’était bon, cette chaleur bienveillante ! C’était réconfortant et doux. Petit Toi réalisa subitement combien il avait froid, froid en dedans, au plus profond de son être. Il était même glacé.

Ensemble, ils franchirent les marches de la maison d’Elle, sa bienfaitrice. Elle l’amena dans une petite pièce qui sentait bon l’encens et une bougie au parfum de violette illuminait ce décor zen. Petit Toi prit alors place dans le fauteuil relax et s’enivra des sons harmonieux qui emplissait son cœur.

La voix d’Elle, agréablement lente, berça Petit Toi, le priant de porter une écoute attentive à sa respiration, profonde. Elle l’accompagna, pour rythmer la cadence. Peu à peu, chacun des muscles meurtris de Petit toi s’alourdirent, écrasant le confortable fauteuil dans lequel il était allongé mais pourtant, il sentit une étrange légèreté.

Petit Toi était calme et tranquille, désormais. Il ferma de nouveau les yeux et se laissa transporter par cette voix pleine d’amour qui chuchotait à son oreille des mots tendres. La voix le transporta à l’intérieur de lui-même. Petit Toi se télé-transporta sur sa falaise et regarda la mer. Le ciel se fit de plus en plus sombre et le vent lui coupa le souffle.  Il lui expliqua alors ces vagues qui voulaient l’emporter loin, au large.

La voix d’Elle lui suggéra de quitter cet endroit insécurisé  et de poursuivre son chemin. Petit Toi décrivit une orée de bois et ces branches qui se rabattaient sur lui pour former une prison. Il courut à perdre haleine jusqu’à ce qu’il vit une grande demeure. La grande porte en bois l’invita à entrer. Cette maison si sombre et lugubre le tétanisait. Il eut l’impression de revivre de vieux souvenirs, très lointain, au plus profond de sa mémoire.

Après avoir explorer chaque pièce de la masure, Petit Toi se figea dans le hall de l’étage. Son regard s’arrêta devant ce grand miroir au cadre ancien, doré à l’or fin. Il expliqua qu’il refusait d’ y voir son image tant celle-ci l’effrayait. Ce qu’il vit n’était pas lui, mais l’autre, plus jeune. Cet autre qu’il ne reconnu pas. Il avait un regard si triste, un teint blafard ! Sa respiration recommença à s’accélérer, il s’agita dans son fauteuil. Tant d’émotions refirent surface qu’il essaya de lutter pour les refouler bien au fond de lui mais ce fut incontrôlable.

souffrances, traumatismes, Petit Toi,
Souffrances

La voix d’Elle continua de l’encourager à travers lui. Peu à peu, Petit Toi avoua qu’il refusait de se voir tant il avait honte d’avoir perdu sa Force et de se sentir ainsi juger, que cela lui renvoyait l’image où, petit garçon, il était enfermé dans le placard parce qu’il ne faisait pas les choses bien. Il avait peur et froid, dans ce placard. Ça sentait l’humidité, il ne pouvait à peine y respirer. On lui disait qu’il était un garçon méchant. Pourtant, il essayait de tout faire pour être gentil, pour qu’on soit fier de lui mais ce n’était jamais suffisant. Alors, il apprit à rester en retrait, le plus discret possible pour qu’on ne le remarque pas, pour qu’aucun reproche viennent meurtrir son cœur. Il s’avisa de garder ses secrets et ses douleurs, de rester bien sage dans son coin, sans se mélanger aux autres.  Et surtout, il souffrait du manque d’amour. De l’affection, il en reçu, oui, mais quand il était tout petit. Et puis la vie changea brutalement, alors il en fut fini des câlins! L’alcool avait eu l’emprise sur sa famille. Il eut l’impression de n’exister pour personne. Pourquoi vivre si c’est pour souffrir autant ?

dessin d'enfant, Petit Toi, pourquoi, souffrances, peurs
dessin d’enfant

Il expliqua combien sa colère et sa rancune étaient fortes, comment tous ses déboires avaient impacté sa vie, comment tous ces dommages avaient fini par l’abimer, en dedans. Il avait tant perdu de son estime et de sa confiance qu’il ne pouvait espérer réussite. Ses peurs lui faisaient toujours faire le mauvais choix.

Elle continua de lui parler de sa voix douce et Petit Toi eu envie d’hurler si fort qu’il fut pris de spasmes et sanglota. Il eu l’impression, qu’enfin, cette énorme boule qui laminait son ventre, se dégageait. Il se senti vidé… vidé et soulagé.

visualisation, symboles, psychisme, Petit Toi, analyse
visualisations symboliques

Il comprit qu’il avait couru tout ce temps après la Fierté qu’on refusait de lui donner. Il consentit que son mal d’amour n’attirait que des personnes qui chercheraient à le blesser, le blasphémer encore et encore.

La voix d’Elle lui montra qu’il était grand et nourri d’une force insoupçonnable des épreuves qu’il avait traversé. Elle lui murmura que tout ce qu’il avait entrepris, tous les chevaux de batailles qu’il avait monté, pouvait lui apporter Fierté, pour lui et qu’elle était la clé de sa propre réussite.

La maison Intérieure de Petit Toi s’emplit alors de mille couleurs et un sourire se dessina sur son visage. Il regarda à nouveau son reflet et vit combien il était beau, dans cette immense glace. C’est vrai, il s’était trompé sur lui-même.

Il se pardonna de s’être quelque peu égaré et accompagna son enfant-Toi sur un horizon clément, avant de lui dire au-revoir d’un signe de la main. Il retint sa Leçon, il avait grandi.

âme, reflets, regard, illumination Petit Toi, symboles
Douceur d’âme

Soudain, Toi, son âme, se réveilla et se mit à briller d’une telle force que Petit Toi se senti planer, aussi léger qu’une plume. La lumière vibrait d’une intensité extraordinaire.

Petit Toi, soudé à Toi, rouvrit les yeux. Tout devint clair ! Il avait désormais ses réponses : il devait s’accorder la confiance et apprendre à faire les choses qui lui semblaient justes, pour lui. Petit Toi avait compris comment chercher les réponses en lui, il comprit comment retrouver les clés enfouies à l’intérieur de lui et s’écouter.

Heureux, il remercia son Guide, son ami l’oiseau et maitre Corbeau pour l’aide précieuse qu’ils lui avaient apporté. Il avait enfin retrouvé la paix intérieure.

Petit Toi et Toi, main dans la main, parcoururent désormais ensemble leur chemin de la Destinée promise.

Sarah – « En route vers le bonheur ! © »

citation, âme, panneau, oracle Triade
Citation

 

Ce conte vous explique le déroulement d’une de mes séances de relaxation profonde par visualisation. Autant elles servent à gérer le stress et les émotions, autant elles permettent de guérir certains traumatismes du passé.

Auteur : Etre et se reconnaître

"Etre et se reconnaître" prend sa plus belle plume pour remplir les futures pages blanches et vous donner encore plus de conseils, encore plus de joie de vivre et de motivation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *